Un pari fou mais visionnaire

L’ambition de la ferme d’esturgeons est de devenir un éleveur-producteur de classe mondiale sur le marché du caviar. Aussi, de par la nature de notre élevage, le cycle de production est particulièrement long, cinq à sept années pour les espèces les plus rapides et jusqu’à 12 années pour les plus longues.

Notre objectif est d’atteindre 350 à 470 tonnes de poisson pour la biomasse élevée au sein de nos différentes structures. C’est la raison pour laquelle l’exploitation du cheptel s’inscrit dans la durée. En ce qui concerne la production de caviar, l’atelier de transformation est conçu pour absorber la totalité d’intrant en femelles caviar. Enfin, la provenderie nous permet d’être autonome et d’assurer une meilleure qualité de nourriture pour les esturgeons.

Depuis sa création, nous avons placé la préservation de l’environnement au cœur de nos engagements. C’est pour cela qu’un volet de la politique environnementale mise en place au sein d’Acipenser a pour objectif de traiter en interne les déchets ou les eaux usées, Madagascar ne disposant pas encore d’entreprises spécialisées dans le retraitement de ces derniers.

Animés par le devoir de transmission, nous ambitionnons à sensibiliser les riverains ainsi que les communautés environnantes aux bonnes pratiques liées à la préservation de l’environnement et de l’eau du lac, vitale pour la région.

Ainsi, dans un contexte socio-politique où l’environnement est pas jugé comme prioritaire, Acipenser se place comme ambassadeur du développement durable et espère créer ainsi une dynamique pérenne avec l’ensemble des parties prenantes.

La direction générale de l’entreprise s’engage donc dans une démarche environnementale, où elle satisfait ses obligations de conformité (obligations légales et obligations documentées avec ses parties prenantes) et a pour objectif de maintenir sa certification ISO 14001 tant sur l’élevage et la production d’aliment pour esturgeon que sur la fabrication du caviar et de la chair de poisson. Dans ce cadre, elle assume la responsabilité de l’efficacité du Système de Management Environnemental (SME) et assure l’adéquation de la politique et des objectifs environnementaux avec l’orientation stratégique et le contexte d’Acipenser. Les parties prenantes seront ainsi prises en compte pour établir le SME.

La ferme s’attachera à veiller sur le fait que les exigences du SME soient communiquées aux différents processus et qu’elles soient intégrées en leur sein.

iso_14001

Les enjeux et les actions mis en place

Un respect de l'environnement et du bien-être de l'animal

Acipenser a la chance d’avoir un environnement sain et met tout en œuvre pour le protéger. Dès son implantation, la ferme a réfléchi aux moyens de limiter le plus possible son impact sur l’environnement. Du choix des matériaux utilisés pour la construction des bâtiments, à la fabrication internalisée des aliments issus de l’agriculture locale pour les esturgeons et des filets d’élevage, en passant par la production d’électricité au moyen de panneaux solaires sur le site lac et à l’usine de production (275,4KWc), des bassins à terre en mode gravitaire, la revalorisation des déchets ou le recyclage, tout a été pensé dans un esprit éco-responsable.

Une réalité confirmée officiellement par l'obtention du permis environnemental en 2014 par l'organisme malgache « ONE » (Office National pour l’Environnement) et par l'obtention de la certification ISO 14001 version 2015 par le groupe SOCOTEC (Société de Contrôle Technique et d’Expertise de la Construction). Cette certification s'applique à l'ensemble de la pisciculture (site terre et site lac), de l'usine de fabrication d’aliment de poisson et à l’atelier de transformation pour la production de caviar et de chair d’esturgeon. Ces deux institutions assurent une révision et une évaluation annuelle du système de management environnemental. La norme ISO 14001 est néanmoins un système de management plus exigeant grâce à la mise en place régulière de nouveaux objectifs.

Les esturgeons sont très dépendants de la qualité de leur milieu de vie. Le lac étant le support de plus de 80 % du cheptel et alimentant les bassins de la pisciculture, il a donc été jugé prioritaire de concentrer les actions sur la qualité du milieu aquatique. Le suivi de la qualité de l’eau est donc nécessaire. Dans cette optique, la société a pour but de réduire au maximum son impact sur l’eau du lac et l’eau de rivière.

Tant pour l’impact potentiel sur le milieu que l’évolution naturelle du lac, des suivis annuels des paramètres physicochimiques et des bio-indicateurs ont été mis en place en collaboration avec Valéa Conseil et ce depuis 2014, date de la première activité de la ferme sur le lac. En sortie de pisciculture, un lagunage a été construit. Les produits nettoyants utilisés sont, dans la mesure du possible, non rémanents pour l’environnement (savon de Marseille et peroxyde d’hydrogène). Le choix de travailler à faible densité et de raisonner l’alimentation des esturgeons permet à la ferme Acipenser de diminuer la production de déchets de matière organique. En effet, les esturgeons ne sont pas nourris à satiété et la quantité d’aliment distribuée est calculée en fonction du poids du poisson, de son stade de développement et de la température de l’eau. Chaque année, dans un objectif de maintien de la biodiversité du lac de Mantasoa, des milliers d’alevins d’espèces endémiques de Madagascar sont rempoissonnés (33 440 alevins en 2023).

Acipenser se positionne comme un leader environnemental dans sa région d’implantation. Chaque retraitant de déchets est audité afin de s’assurer de la conformité de leur processus de retraitement. Un système de collecte des déchets du réfectoire flottant a notamment été mis en place. La ferme d’élevage accompagne aussi les populations locales dans une transition écologique à travers un apprentissage du tri de leurs déchets : les déchets verts sont compostés ou incinérés. Les contenants en plastique sont réutilisés ou limités au maximum. Les produits dangereux sont retraités par des entreprises spécialisées (gasoil, huile de vidange…). Les déchets émanant de la production (sang, viscère, peau de gonade, vessie natatoire) sont valorisés par la transformation en colle et engrais. Aussi, des poubelles sont installées autour de l’enceinte d’Acipenser pour inciter la population alentour à ne pas jeter ses déchets dans la nature. Une véritable coopération se met en place permettant la création d’une économie circulaire avec notamment le cas de la ferronnerie d’art qui transforme les boîtes d’origine de caviar en splendides baobabs. L’argent donné par la ferronnerie d’art est intégralement réinjecté dans l’école qu’ils ont construite et dans les actions RSE de la ferme.

Un engagement social, durable et responsable

Acipenser s’engage dans la responsabilité sociétale en se souciant de l’épanouissement et du bien-être de ses collaborateurs à travers notamment la prise en charge des soins médicaux. Par exemple, depuis 2021, durant le mois de l’Octobre Rose, une campagne de vaccination est proposée à toutes les femmes travaillant au sein de la ferme. Des séances d’écoute et de conseil, des formations sur la pêche raisonnée, des campagnes de sensibilisation sur les feux de brousse, des activités extra-professionnelles telles que des matchs de foot et des moments de détente comme des journées récréatives sont également organisés (fête des mères, rencontres sportives, évènement fête nationale...).

Chaque jour, sur le site terre, un potager permet d’approvisionner les réfectoires en légumes de qualité sans pesticides ni engrais chimiques pour plus de 300 collaborateurs et 30 à 40 repas sont cuisinés à la cantine du site lac. Depuis l’origine de son installation, Acipenser collabore avec les habitants de Mantasoa et d’Ambatolaona où 80% de ses 300 collaborateurs ont été recrutés parmi ces populations. Grâce à une politique interne de formation continue dispensée par des formateurs qualifiés, ils évoluent progressivement au sein de la société en découvrant les différents métiers liés à la pisciculture, à la production du caviar et à sa commercialisation. Depuis 2020, la ferme tente de sensibiliser la population sur l’impact carbone. Actuellement, la pollution de l’air reste le seul facteur que nous n’arrivons pas à bien mesurer et à limiter. Outre plus de 1500 arbres et végétaux plantés en 2019 en collaboration avec les écoles publiques, Acipenser tente de compenser cette problématique par la mise en place du projet « 3 arbres par employé » depuis 2022. Un projet de reboisement massif à la fois inclusif et durable appelé « Poumon de Madagascar » se construit chez Acipenser mais pourrait nécessiter plusieurs années d’étude de faisabilité avant d’être mis en place.

Les besoins de l’entreprise en matières premières, matériaux et autres produits de consommation ont par ailleurs entraînés l’ouverture de nouveaux commerces avec comme conséquence directe l’essor économique de la région. De plus, des aides financières et matérielles sont régulièrement faites dans le même but de progression économique. Par exemple, des gilets de sauvetage ont été octroyés aux collectivités des pêcheurs pour sécuriser les traversées du lac de Mantasoa nécessaires pour approvisionner les villages et permettre la commercialisation de ressources tel que le charbon de bois. Aussi, pour une meilleure accessibilité à l’eau potable, des riverains et des puits ont été construits en partenariat avec le Rotary. Des aides à la construction d’écoles et des routes sont refaites. Fréquemment, des dons de chair d’esturgeon sont organisés pour les cantines des écoles ou des orphelinats. Durant la période de la pandémie, 4800 masques en tissu ont été donnés afin de limiter la progression du virus. En 2023, plus de 8 tonnes d’esturgeons (chair, têtes, filets…) ont été distribués à des associations et orphelinats tels qu’Akamasoa, Abélaïde, Toko Telo, Kanana et Tsimoka à Antananarivo.

Acipenser a pour ambition d’influencer son environnement à petite échelle via les populations alentours mais aussi à plus grande échelle à travers ses fournisseurs et partenaires et auprès des piscicultures du monde entier. Depuis deux ans, afin de s’adapter à son contexte, la ferme d’élevage a investi dans l’innovation : dans chaque service clé, une partie du budget est alloué à la R&D et un pôle « cycle de vie » a été créé. Grâce à l’accompagnement de Valéa Conseil, le devenir du lac et son suivi sont bien compris et permettent de mieux appréhender l’avenir. La communication de l’ensemble de ces actions est donc un atout majeur permettant de partager les avancées mais aussi les difficultés auxquelles nous faisons face.